Henri Ploquin (1924-2009) : De la terre à la brique.  De la brique aux P.T.T.
 PDF & Epub   CANDÉ   CONTACT   ACCUEIL 
  Table des matières

  1. Les mémoires de ma jeunesse


  2. Les premiers souvenirs de mon enfance


  3. Un autre souvenir de jeunesse


  4. Une aventure à l'âge de huit ans


  5. Un copain d'école


  6. Ma sortie d'école


  7. Mes premières fréquentations avec Simone


  8. Après notre mariage


  9. Ma nouvelle usine


  10. Ma première rencontre avec les P.T.T.


  11. Trois semaines à la Possonnière


  12. Un souvenir de facteur


  13. Histoire ou aventure dans un bureau de poste


  14. Montjean-sur-Loire


  15. Montfaucon-sur-Moine


  16. Rue de la Petite Planque, à Candé


  17. Un lièvre tombé en bonnes mains


  18. Mon départ à la retraite

  19.  
  20. Mot de la fin

  21.  
  22. Dessins originaux accompagnant mon récit

  23.  

Chapitre 15
Montfaucon-sur-Moine


Ignorant tout du coin, je suis parti avec ma 4L.

Candé, Belligné, Varades, Saint Florent le Vieil, Saint Pierre Montlimart, Montrevault, Beaupréau, La Chapelle du Genêt, Villedieu la Blouère et Montfaucon sur Moine.

En arrivant, j'ai vu une station essence ouverte où j'ai demandé le bureau de poste.  Je l'ai assez bien trouvé.  Les facteurs étaient déjà au boulot.  J'ai tout de suite été bien reçu.  Mme la Receveuse m'a présenté aux facteurs.  J'ai regardé la première tournée que je devais faire.  C'était une partie de la ville de Montfaucon et toute la commune de la Renaudière.  Le facteur qui m'a classé ma tournée, est venu m'aider à faire un peu de la ville et m'a dit : « Tu te diriges par la route de la Renaudière, tu fais tout le bourg, et à suivre. »

Il n'y avait aucun plan de tournée; à toutes les maisons que je desservais, il fallait que je demande la maison suivante, le nom des gens.  Même chose à la campagne; j'avais heureusement une 4L des P.T.T.   Je ne m'amusais pas; il fallait rouler, et vite.  Au bout d'un mois, je connaissais toute la tournée.  C'est alors qu'il a fallu changer et recommencer sur Saint Crespin sur Moine, puis à Montigné.

Le premier jour, à Saint Crespin sur Moine, je me suis égaré.  Après avoir fait le bourg, je pris la direction de la campagne, toute cachée dans les vignes de muscadet.  Je me suis retrouvé tout près de Clisson.  Je suis revenu par la Guiltière de Tillères, le coin réputé pour son muscadet.

Je crois bien que dans toutes mes tournées de facteur, c'est à Saint Crespin que j'ai bu le plus de verres de vin.  Un jour, j'en ai bien pris une quarantaine.  C'était du muscadet qui était très bon.  Ce n'était pas de grands verres, mais des petits à dégustation.  Cela ne m'a pas gêné du tout, car j'étais jeune en ce temps-là.

Ensuite, j'ai fait Montigné, mon terrain de campement, car nous avons vécu presque quatre mois sous tente, dans la prairie de la Saint Maurice.  C'était l'été; nos enfants étaient tous en vacances.  Nous étions sur les bords de la Moine, tout près de Montfaucon.  Je partais le lundi matin de très bonne heure, seul pour faire ma tournée.  Le soir, je couchais sous ma tente.  Le mardi, après ma tournée, je rentrais à Candé, à la maison, et le lendemain matin, de très bonne heure, je repartais pour Montfaucon avec ma femme et nos cinq enfants.  Tous ont de très bons souvenirs de ces quatre mois.  Le samedi après-midi, je rentrais à Candé où je retrouvais ma belle-mère qui, toute seule, soignait mes lapins et mes poules et gardait ma maison.

Tous les après-midi, quand j'étais à Montfaucon, j'allais aider à faire la moisson dans une ferme de Montigné, ou bien j'allais à la pêche.  Nous avons passé de bons moments avec les enfants; c'étaient de bonnes vacances pour eux.

Mais c'était toujours pareil, je n'avais pas de plan de tournée, pas plus à Montfaucon qu'à Saint Crespin ou Montigné.  Je crois que sur les trente-six tournées de facteur que j'ai faites, il y en a eu peut-être cinq ou six où j'étais accompagné par le titulaire.  Toutes les autres tournées, il fallait que je me débrouille seul, ce qui n'était pas toujours facile.

.
 Haut de page  © 2010-2014 Annick Ploquin. Tous droits réservés.